GSD Patrimoine

Présentation

GSD Patrimoine est un fonds obligataire européen dont les investissements sont principalement (minimum 50%) des créances “Investment Grade” avec une sensibilité accessoire sur les actions (jusqu’à 10%) et une exposition possible sur les titres hors zone euro (jusqu’à 20%). L’exposition en devise euro sera au minimum de 90%.

Le fonds s’inscrit depuis 2012 dans une démarche patrimoniale. La maturité moyenne est proche de 5 ans et le rating moyen est “Investment Grade”. Le rendement annuel cible vise une performance supérieure à celle des emprunts d’Etats de la zone euro sur un horizon moyen d’investissement de 5 ans.

La gestion flexible et opportuniste permet de mettre en place une allocation de conviction.

GSD Patrimoine est une bonne alternative au fonds euros de l’assurance-vie, pour les investisseurs souhaitant une rémunération plus élevée en contrepartie d’un risque supérieur (pas de garantie en capital).

Commentaire de gestion

Mis en ligne le 8 juin 2020

Le rebond des actifs les plus risqués, entamé mi-mars, s’est poursuivi en mai. Du côté des obligations souveraines, les titres italiens et espagnols bénéficient de la diminution de l’aversion au risque et voient leur rendement baisser. A l’inverse le rendement des obligations allemandes augmente, tout en restant en territoire négatif (-0,45 % pour une maturité 10 ans). En ce qui concerne les obligations d’entreprises, tous les segments s’affichent en hausse, d’autant plus marquée pour les titres les plus risqués. L’indice Iboxx Euro Corporate (obligations d’entreprises Investment Grade) est en hausse de 0,15 % et l’indice Iboxx Euro Subordinated (obligations subordonnées) monte de 0,65 %. Les obligations les moins bien notées, indice BofA Euro High Yield gagne 3,04 %. Les pays européens, ainsi que les Etats-Unis, ont commencé leur déconfinement, entrainant une reprise graduelle de l’activité économique. Certains secteurs sont néanmoins encore fortement impactés (hotellerie, restauration, tourisme…). Les autorités budgétaires ont encore augmenté la taille de leurs plans de soutien, ciblant plus particulièrement certains secteurs (comme l’automobile en France). Il est extrêmement compliqué de savoir quel sera le rythme de retour à une activité “normale”, néanmoins il semble que le point bas de l’activité économique ait été atteint courant avril. Du côté des autorités monétaires, les banques centrales restent très actives. A titre d’illustration, en mai, la BCE a acheté de la dette italienne pour un montant représentant la totalité des nouvelles dettes émises par le pays.

Notre conclusion du dernier reporting mensuel reste d’actualité. L’activité de la quasi-totalité des entreprises est impactée, plus (tourisme, aéronautique…) ou moins (telecoms, consommation non durable…) en fonction des secteurs. En fonction du rythme de retour à une vie plus normale, l’impact sera plus ou moins durable. Néanmoins il semble illusoire d’espèrer un retour rapide sur les niveaux d’avant-coronavirus (le secteur aérien évoque par exemple un retour à la situation de 2019 en 2023). Les entreprises verront leurs ratios de crédit se dégrader. Une fois l’épidémie contrôlée (et en l’absence de deuxième vague) en Europe et aux Etats Unis, les mesures prises par les gouvernements et banques centrales constitueront un soutien fort à l’activité économique. Nous sommes convaincus que les marchés obligataires devraient retrouver leurs niveaux pré-coronavirus bien avant les marchés actions. Les sociétés les plus fragiles émettront probablement de nouvelles actions (augmentation de capital), ce qui pénalisera les actionnaires “au bénéfice” des porteurs d’obligations.

La gestion

GSD Patrimoine a connu une performance de +0,77 % tandis que son indice de référence (basé sur les obligations souveraines) a gagné 0,42 % sur le mois. Nous avons poursuivi le renforcement de la poche des obligations convertibles, en initiant une position en Safran 2027. Ce titre combine rendement positif et possibilité de conversion en actions (prime de 40 %). Nous avons acheté des obligations Imerys 2024, dont le rendement ne nous semble pas refléter la solidité de la société, malgré la crise actuelle. Du côté des titres en USD, nous avons soldé la position en Airbus 2023 pour renforcer les obligations UPM 2027.

INFORMATIONS LÉGALES

Les informations présentées ci-dessus ne constituent ni un élément contractuel, ni un conseil en investissement. Les performances passées ne sont pas un indicateur fiable des performances futures. Les frais de gestion sont inclus dans les performances. La valeur de l’investissement peut varier au gré des fluctuations du marché et l’investisseur peut perdre tout ou partie du montant de capital investi, les OPC n’étant pas garantis en capital. L’accès aux produits et services présentés ici peut faire l’objet de restrictions à l’égard de certaines personnes ou de certains pays. Le traitement fiscal dépend de la situation de chacun. Les risques, les frais et la durée de placement recommandée des OPC présentés sont décrits dans les DICI (documents d’information clé pour l’investisseur) et les prospectus disponibles sur ce site internet. Le DICI doit être remis au souscripteur préalablement à la souscription.

Performances au

  • %
  • %
  • %
  • %
  • NOTATION QUANTALYS

    * * * * *

    RÉCOMPENSES

    GRAPHIQUE DE PERFORMANCE

    Documents

    VALEURS LIQUIDATIVES

    RAPPORTS

    RÉGLEMENTAIRE

    Caractéristiques

      • Code ISIN :
        FR0007460951
      • Classification :
        Obligations zone euro
      • Durée placement recommandée :
        > 3 ans
      • Indicateur de référence :
        EMTS 5-7 ans
      • Valorisation :
        Quotidienne
      • Devise de cotation :
        Euro
      • Date de création du fonds :
        31/12/2002
      • Eligible Assurance Vie :
        Oui (selon modalités)
      • Eligible PEA : Non
      • SRRI : 3
      • Dépositaire :
        CM-CIC Market Solutions
    • Valorisateur :
      CM-CIC Asset Management

    Gérants du fonds

    Powered by Fund Kis
    Scroll to top