Auteur : GSD Gestion

Point hebdomadaire du 31 juillet : Résultats du 2ème trimestre 2020

Cette année la publication des résultats du 2ème trimestre revêt une importance particulière. L’épidémie de coronavirus et la mise en place de mesures de confinement ont nécessairement impacté les sociétés. La publication des chiffres d’affaires, bénéfices et les perspectives pour le 2nd semestre vont déterminer quelle sera l’évolution des marchés financiers dans les prochains mois.

Accéder au document

Point hebdomadaire du 3 juillet : Bilan du 1er Semestre sur les marchés financiers

Les marchés financiers ont débuté l’année en hausse, poursuivant la tendance de l’année 2019. Plusieurs éléments expliquaient l’optimisme des investisseurs, une économie au beau fixe en Europe et aux Etats-Unis, des résultats d’entreprises attendus en progression et la poursuite des politiques monétaires accommodantes des banques centrales. Un grain de sable est venu interrompre cette dynamique…

Accéder au document

Point hebdomadaire du 12 juin : Coronavirus, quelle valorisation pour les marchés financiers ?

Dans notre point hebdomadaire du 9 avril dernier, nous évoquions les différents scénarios économiques possibles et indiquions que, sur les niveaux d’alors (entre 4400 et 4500 points pour l’indice CAC 40), les actions offraient un réel potentiel.
Cet optimisme est-il toujours justifié, compte tenu de la nette hausse des actifs risqués depuis 2 mois ?

Accéder au document

Point hebdomadaire du 9 avril : Coronavirus, et maintenant ?

Après avoir fait preuve de complaisance face à l’épidémie de coronavirus en début d’année les investisseurs ont été rattrapés par la réalité et ont paniqué. Alors que les nouvelles en provenance d’Asie sont rassurantes (Chine, Corée du sud et Japon parviennent à contrôler l’épidémie), l’épidémie de coronavirus s’est transformée en une pandémie mondiale.

Accéder au document

Point hebdomadaire du 21 février : Résultats 2019 des sociétés européennes

Après une année 2019 « euphorique » sur les marchés financiers, nous vous faisions part, début janvier, de notre « optimisme prudent » pour 2020. Même si la poursuite du cycle économique était notre scenario central, il nous semblait que les investisseurs faisaient alors preuve d’un excès d’optimisme. La hausse des actions européennes était cohérente avec une croissance de plus de 10 % des bénéfices des sociétés.

Accéder au document

Scroll to top