Actualités

Les actualités GSD Gestion

Point hebdomadaire du 3 janvier : Bilan de l’année 2016

L’année s’est avérée très volatile sur les marchés, plusieurs « secousses » ayant agité les actifs financiers. En janvier, le ralentissement économique chinois et la chute du baril de pétrole ont inquiété les investisseurs, impactant fortement les actifs risqués (le CAC 40 baissant à 3900 points contre 4637 fin 2015). Des craintes de récession et de déflation étaient même évoquées par certains.

La dissipation progressive de ces inquiétudes, grâce au retournement à la hausse des cours du pétrole, a ensuite permis un rebond des marchés actions, jusqu’à la fin mai, ces derniers effaçant leurs pertes de début d’année. Nouveau coup de tonnerre en juin, le vote des anglais en faveur d’une sortie de l’Union Européenne (« Brexit ») a provoqué une nouvelle chute des marchés financiers (le CAC 40 s’affichant à nouveau sous les 4000 points).

La seconde partie de l’année s’est avérée bien plus calme et fut profitable aux actifs risqués (actions, obligations les moins bien notées…). Les données économiques en amélioration, en Europe et aux Etats-Unis, la poursuite de la hausse des cours des matières premières et la présence toujours soutenue des banques centrales ont rassuré les investisseurs. Enfin, l’élection de D. Trump à la présidence des Etats-Unis en novembre a renforcé cet optimisme, grâce à un programme économique favorable aux entreprises (relance budgétaire, baisse d’impôts).

Au global, sur l’année, l’indice CAC 40 est en hausse de 4,86 % (+ 7,67 % pour l’indice dividendes réinvestis), le DAX s’affiche à 6,87 %, tandis que les marchés espagnols et italiens sont en baisse de respectivement 2,01 % (IBEX) et 10,2 % (MIB), impactés par la chute des valeurs bancaires domestiques. L’indice EuroStoxx 50 finit en très légère hausse, à +0,7 %. Aux Etats-Unis, les actions ont connu une belle année, le S&P 500 prenant 9,5 % et le Nasdaq (valeurs technologiques) gagnant 7,5 %.

Du côté obligataire, les actifs les moins bien notés (« crossover » et « high yield ») ont souffert au 1er semestre, avant de connaitre un 2nd semestre en nette hausse. Les titres les mieux notés (obligations souveraines et d’entreprises « Investment Grade ») ont connu un parcours inverse.
En fin d’année, le rendement des obligations souveraines françaises à 10 ans s’affiche à 0,7 %, contre 1 % fin 2015 (et 0,10 % en juillet dernier). Le taux à 10 ans allemand a baissé de 0,64 % à 0,2 %. Outre-Atlantique, les taux souverains US ont, au contraire, augmenté, passant de 2,3 % à 2,5 % (après un passage à 1,4 % au début de l’été).
Au niveau corporate, l’indice Itraxx Crossover (obligations d’entreprises notées entre BBB- et BB) est passé de 318 en début d’année à 287, ce qui correspond à une diminution du spread (écart de rendement) avec les titres les mieux notés (hausse de la valeur des obligations). Ainsi, l’indice obligataire Bloomberg Barclays euro aggregate (obligations d’entreprises de la zone euro) gagne 2,9 % sur l’année.

Après être passé sous les 30 dollars en février, le baril de pétrole a nettement rebondi et vaut aux alentours de 56 dollars, en hausse de plus de 55 % depuis fin 2015. Les matières premières industrielles ont connu des évolutions comparables, gagnant de 20 % (pour le nickel, le cuivre et l’aluminium) à 100 % (pour le fer).

Sur le front du change, le dollar est en hausse par rapport à l’ensemble des autres devises et retrouve les plus hauts niveaux connus en 2001. L’euro s’affaiblit donc logiquement par rapport à la devise US ; l’euro/dollar valant 1,05 contre 1,10 fin 2015. A l’inverse, l’euro gagne 14 % par rapport à la livre sterling.

Au global, malgré une forte volatilité et de nombreux chocs politiques et économiques, l’année s’est avérée positive pour les actifs financiers risqués.

Dans ce contexte, les fonds GSD Gestion affichent des performances positives :
– MonFinancier Epargne, fonds « absolute return » est en hausse de 2,88 %, avec une volatilité très faible
– GSD Patrimoine, fonds obligataire européen gagne 5,27 % et se classe dans le 1er décile de sa catégorie
– GSD Monde, fonds flexible, finit à + 6,83 % et se classe dans le 1er décile de sa catégorie et 5ème meilleur fonds sur 3 ans (source : Quantalys)
– GSD Europe, fonds actions européennes, est en hausse de 5,14 %, se classant dans le 1er quartile de sa catégorie
– GSD France, fonds actions françaises, est à +0,15 % (impacté par sa position en actions CGG)
– Energy Value, fonds valeurs pétrolières, finit en hausse de 17,17.

Aurélien
Blandin Gérant

Télécharger

Scroll to top